Dystopie Réseaux / Mafia / Corruptions Ressources naturelles

Le vol de l’Irak et la corruption – “Fichier 4”

Le 1er Février, le “Fichier 4” de la radio BBC, a révélé un programme détaillé du pillage du pétrole de l’Irak par le gouvernement des États-Unis, ses alliés et les grandes entreprises. L’argent qui devait être utilisé pour renouveler l’infrastructure du pays, et pour fournir la population du pays, avec des biens en nécessité pour la vie quotidienne, ont été tout simplement volés.

Le programme a rapporté la libération le mois dernier d’un audit de la gestion des recettes pétrolières de l’Irak par l’Autorité provisoire de la coalition (CPA). L’enquête, menée par des représentants du gouvernement des États-Unis, a constaté que 8,8 milliards $ d’argent irakien restent introuvables.

Les médias américains ont largement enterré les conclusions.

Dr. Reinoud Leenders, de l’International Crisis Group, a déclaré sans ambages que: “Nous ne pouvons que deviner combien disparaît dans les poches privées. Je crains vraiment que la reconstruction en Irak va se transformer en un des plus grands scandales de corruption de l’histoire.”

Le Dr Isam al Khafaji, qui a travaillé avec le Département d’État des États-Unis avant la guerre, a décrit comment les entreprises, qui avaient obtenu des contrats sous-traitaient les travaux, jusqu’à six fois, permettant à chaque couche de prendre leur coupe.

Dans de nombreux cas, aucune des entreprises n’avaient commencé tout les travaux contractés.

Dans le “Fichier 4” sur le cas de la société privée américaine Custer Battles, celle-ci a allégué un total jusqu’à 50 millions de dollars de fraude en Irak.

Le programme a décrit Marie de Young, comme ayant travaillé comme spécialiste de la logistique pour Halliburton. De Young, une responsable, deviendra un indic pour exposer les pratiques dont elle a été témoin en Irak.

Un rapport publié par un Comité du Congrès sur la réforme gouvernementale a conclu que Halliburton a surfacturé le carburant en Irak à hauteur de 167 millions de dollars, c’est-à-dire une majoration de 90%.

La BBC a souligné que les accusations les plus graves contre Halliburton concernaient la corruption.

Un document du Département d’État adressé à l’ambassade des États-Unis au Koweït a fait état de plaintes de la part d’une importante société de pétrole. Elle a déclaré: “Il est de notoriété publique au Koweït que les officiers de Halliburton sont corrompus; qu’ils sollicitent des pots de vin ouvertement; que tous ceux qui visitent leurs villas au bord de la mer, au Hilton Koweït, qui offre de fournir des services, sont sollicités pour un pot-de-vin.

Des accusations de corruption ont également été portées contre des fonctionnaires de l’Autorité provisoire de la coalition (CPA). Claude Hankes-Drielsma, conseiller britannique au Conseil d’administration irakien, a déclaré dans le programme que certains fonctionnaires de la CPA exigeaient un paiement de 300 000 dollars avant d’attribuer des contrats.

Lorsqu’on a demandé sur le programme à quel point la coalition était “défaillante”, le chef de l’état-major, Ginger Cruz, a déclaré que cela est allé droit au sommet, au chef de la CPA, Paul Bremer.


Article source: Corruption in Iraq – File on 4

Tessa L.

close

Vous pourriez également lire...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *