Cybertechnologie Propagandes - Espionnage - Surveillance - COIN-TEL-PRO

Facebook – explore les données, “cible les démons intérieurs” pour du microciblage

De Ordo ab Chao

Extrait de la Partie 16 – Big Data: “Facebook”

Par David Livingstone

Founders Fund, de Peter Thiel, a été l’un des premiers investisseurs de Facebook. Le deuxième financement de Facebook provient de la société de capital-risque Accel Partners. Le directeur d’Accel, James Breyer, était auparavant président de la National Venture Capital Association et a siégé au conseil d’administration avec Gilman Louie, le PDG d’In-Q-Tel.

L’un des principaux domaines d’expertise d’Accel Partners est celui des «technologies d’exploration de données» (data mining technologies). Breyer et Louie ont également siégé au conseil d’administration de la société de “R&D firm BBN Technologies”, qui était l’une des sociétés responsables de l’essor d’Internet. Anita Jones, membre du conseil d’administration d’In-Q-Tel, a également rejoint le cabinet.

Christopher Wylie a déclaré à l’Observer :

«Nous avons exploité Facebook pour récolter des millions de profils de personnes. Et construit des modèles pour exploiter ce que nous savions d’eux et cibler leurs démons intérieurs. C’est sur cette base que l’ensemble de l’entreprise s’est construit. » [25]

Time, dans un article du 18 mai 2017 intitulé «À l’intérieur de la guerre des médias sociaux de la Russie contre l’Amérique», a rapporté que «les enquêtes du Congrès sondent non seulement le rôle de la Russie» lors des élections de 2016, “mais cherche à savoir si Moscou a eu de l’aide de la campagne de Trump.” Selon Time, les enquêteurs se concentrent sur «deux organisations liées à Trump», Cambridge Analytica et Breitbart. Les enquêteurs étudient les liens entre ces sociétés et des personnalités du Web de l’extrême droite basées en Europe de l’Est qui, selon les États-Unis, sont des fronts russes.

Les enquêteurs de House Russia prévoyaient de faire appel à Brad Parscale, le directeur numérique de la campagne du président Donald Trump, pour un examen minutieux sur l’exploitation des capacités du microciblage (microtargeting) de Cambridge Analytica et la possible collusion avec les Russes. Une accusation qu’il nie. [26]

Dans un rapport de Channel 4, Hillary Clinton elle-même suggère qu’il pourrait y avoir un lien entre Cambridge Analytica et les Russes. “Et la vraie question est de savoir comment les Russes ont su cibler leurs messages avec une telle précision”, dit-elle. “S’ils obtenaient des conseils de, disons Cambridge Analytica, ou quelqu’un d’autre, à propos du ‘OK, voici les douze électeurs de cette ville du Wisconsin, voici les pages Facebook sur lesquelles vous devez vous rendre pour envoyer ces messages’, cela serait très inquiétant.” [27]

Thiel a déclaré:

“Il est difficile d’exagérer” le rôle de Kushner dans la campagne. “Si Trump était le PDG, Jared était effectivement le chef de l’exploitation.” [28]

Nicholas Confessore et Danny Hakim au New York Times ont rapporté que Jared Kushner était la source du recrutement de Cambridge Analytica pour la campagne de Trump. [29]

Le New York Times a relaté qu’un associé commercial de Kushner et un ami proche de Mark Zuckerberg, un magnat de la technologie russe, Yuri Milner, qui avait investi dans Facebook, Twitter et il était soutenu par des centaines de millions de dollars du Kremlin. [30]

Milner est l’investisseur technologique le plus influent de la Russie. En septembre 2017, Forbesa inclus Milner dans la liste des 100 plus grands esprits vivants. Milner a obtenu une MBA (maîtrise en administration des affaires) au Wharton, et après un passage à la Banque mondiale, il est retourné en Russie et a créé Mail.ru.

Il a attiré l’attention de Zuckerberg, qui l’a invité à investir dans son entreprise. Milner a conseillé le gouvernement russe, sur la technologie, par le biais d’une commission présidentielle dirigée par Dmitri Medvedev, l’ancien président et actuel Premier ministre. Maintenant Milner siège à la Silicon Valley en Californie, et il a investi 7 milliards de dollars dans plus de 30 sociétés en ligne, dont Airbnb, Spotify et les détaillants chinois Alibaba et JD.com.

Selon Milner, ses investissements provenaient de la VTB Bank contrôlée par l’État et une branche financière de Gazprom.

Alexander Vershbow, qui était ambassadeur des États-Unis en Russie sous George W. Bush et auprès de l’OTAN sous Bill Clinton, a déclaré que les institutions étatiques russes étaient fréquemment utilisées comme “des outils pour les projets politiques de Poutine“. [31]

Le New York Times a déclaré que la société de Milner détenait autrefois 8% de Facebook et 5% de Twitter avant de vendre ses avoirs il y a plusieurs années. [32]

Milner a déclaré qu’il avait investi dans Facebook en partie parce qu’il pensait que le réseau social pourrait devenir la base de l’intelligence artificielle. [33] Milner croit que l’Internet deviendra le concept transhumaniste d’un «cerveau mondial» et que l’avènement de «l’Internet des objets» et l’utilisation croissante des médias sociaux augmentera l’intelligence collective humaine. [34]

Milner s’est associé avec Stephen Hawking pour annoncer Breakthrough Starshot (2016), une mission pour envoyer un escadron de nanocraft à Alpha Centauri. Breakthrough Listen (Écoute), pour rechercher une vie intelligente dans l’univers, et Breakthrough Message récompensera 1 million de dollars à quiconque pourra le mieux imaginer comment nous communiquerons avec des formes de vie éloignées.

En 2015, Milner a investi dans une startup, à New York, appartenant à Kushner et son frère. Kushner n’a initialement pas divulgué sa propre participation dans la startup, “Cadre”, lorsqu’il a rejoint la Maison Blanche.

Dans ses discours, à la Maison Blanche en juillet, Kushner a déclaré: “je n’ai pas compté sur des fonds russes pour financer mes activités commerciales dans le secteur privé”. [35]

Les partenaires commerciaux de Kushner étaient Goldman Sachs et George Soros, et Cadre a attiré environ 133 millions de dollars de capital-investissement de bailleurs de fonds, dont Peter Thiel. [36]

Extrait de la Partie 16 – Big Data: “Facebook” (en 2017)

De Ordo ab Chao

Par David Livingstone

L’article en entier traduite: Big Data, Soft Power et « le président de l’ombre

Neilly Free Mind


D’autres articles de la rubrique Cybertechnologie / Espionnage / Surveillance / Contrôle


Références de l’article

[25] Carole Cadwalladr & Emma Graham-Harrison. “Revealed: 50 million Facebook profiles harvested for Cambridge Analytica in major data breach.” The Guardian (March 17, 2018).

[26] Cadwalladr. “The great British Brexit robbery: how our democracy was hijacked.”

[27] John Cassidy. “The Latest Cambridge Analytica Exposé Raises More Questions About the Firm’s Role in the Trump Campaign.” New Yorker (March 21, 2018).

[28] Steven Bertoni. “Exclusive Interview: How Jared Kushner Won Trump The White House.” Forbes (November 22, 2016).

[29] Nicholas Confessore & Danny Hakim. “Data Firm Says ‘Secret Sauce’ Aided Trump; Many Scoff.” New York Times (March 6, 20127).

[30] Jesse Drucker. “Kremlin Cash Behind Billionaire’s Twitter and Facebook Investments.” New York Times (November 5, 2017).

[31] Jon Swaine & Luke Harding. “Russia funded Facebook and Twitter investments through Kushner associate.” The Guardian (November 5, 2017).

[32] Drucker. “Kremlin Cash Behind Billionaire’s Twitter and Facebook Investments.”

[33] Ben Parr. “Could Facebook Become the Basis for Artificial Intelligence?” Mashable (November 16, 2010).

[34] Joe Carmichael. “Eccentric Russian Billionaires Are Investing in Their Weird Futuristic Visions.” Inverse (May 5, 2016).

[35] Jon Swaine & Luke Harding. “Russia funded Facebook and Twitter investments through Kushner associate.” The Guardian (November 5, 2017).

[36] Ibid.

close

Vous pourriez également lire...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *