- Vaccins Psyops / Santé Scam-demic - Arnaque-Plandémie

Le CO serait un remède pour toutes les maladies possibles? Ajoutez juste un peu de Photoshop

PAR LEONID SCHNEIDER

Formé en tant que biologiste cellulaire moléculaire, avec une expérience particulière des cellules souches et des réponses au stress moléculaire, maintenant journaliste scientifique indépendant

Article du , (Ajout d’informations, d’images et d’annotations en complément)

Augustine MK Choi Doyen de Weill Cornell un génie incompris

“Ô cher Augustin, Augustin, Augustin,
Ô cher Augustin, tout est parti.”

Chanson folklorique viennoise

O du lieber Augustin, Augustin, Augustin,
O du lieber Augustin, alles ist hin.

Viennese folk song

Tout ce que vous saviez sur la cigarette et la fumée de tabac est faux. 

Maintenant, nous savons pertinemment qu’il protège contre le COVID-19, comme l’ont récemment découvert des scientifiques français

Alors que la fumée de cigarette est théoriquement mauvaise.

Le monoxyde de carbone (CO) est produit de la combustion de tabac. Et des gaz d’échappement des voitures.

Et il n’est en fait pas le gaz dangereusement mortel que nous avons tous supposé qu’il était. 

Il est en fait très sain, même jusqu’à protéger le fumeur de cigarette.

Et lorsqu’il est appliqué sous surveillance médicale, il peut guérir de nombreuses maladies. 

Non attendez, revenez, vous les négationnistes de la science analphabètes.

En novembre 2019, la plus haute autorité scientifique en chimie, l’American Chemical Society (ACS), a publié cet article.

“Le monoxyde de carbone peut être mortel. 
Mais les chercheurs veulent l’utiliser pour de bon.”
Augustine MK Choi, spécialiste des maladies pulmonaires au Weill Cornell Medical College déclare: “Le CO montre une activité curative remarquable contre un éventail de maladies, mais les scientifiques doivent trouver de meilleurs moyens de l’administrer.”
“Aucune molécule ne s’est avérée aussi cytoprotectrice dans à peu près toutes les lésions tissulaires d’organes – cerveau, poumon, pancréas, cœur, rein, etc.”
Source

Maintenant, écoutez et apprenez!

Des scientifiques américains ont découvert dans des articles évalués par des pairs dans des revues de sociétés savantes très respectables que l’inhalation de gaz CO active les voies moléculaires protectrices dans les cellules pulmonaires et épithéliales.

Par conséquent il soigne diverses maladies.

Pour ma part, la seule chose surprenante est que l’article n’a pas été mis à jour.

Avec une proposition pour un traitement au COVID-19, par inhalation de monoxyde de carbone, ceci mettrait fin de manière significative à la progression de la maladie, tout en éliminant le patient.

Dans tous les cas, avant de courir dehors pour fumer une cigarette rapide et saine, ou pour aspirer le tube d’échappement d’une voiture et pour guérir votre infection au coronavirus; laissez-moi vous présenter l’éminent chercheur clinique américano-coréen.

Comprenez il s’agit de tuer un virus parmi des milliards de virus par tout moyen.

Monsieur Choi a découvert les propriétés curatives magiques du monoxyde de carbone sur les poumons et autres organes.

Allez-y graduellement 4 cigarettes d’un coup cela risque de tuer tous les milliards de virus sur et dans votre corps.

Rencontrez le professeur Augustine MK Choi, le doyen de la Weill Cornell Medical School and Provost for Medical Research à l’Université Cornell d’Ithaca, à New York. 

Dans ses conférences, l’expert en pneumologie vante chaque année les vertus médicinales de l’inhalation de monoxyde de carbone.

Concrètement, Choi nous explique que chaque maladie de chaque organe peut être guérie par le monoxyde de carbone:

Aucune molécule ne s’est avérée être aussi cytoprotectrice dans à peu près toutes les lésions tissulaires d’organes – cerveau, poumon, pancréas, cœur, rein, etc.

Choi s’est formé à Duke et à Harvard et a été professeur partout, à:

  • Johns Hopkins University,
  • Yale,
  • Pittsburgh,
  • Harvard.

Mais aucun d’entre eux ne le comblait suffisamment. 

En 2013, il a déménagé à Weill Cornell, où il est devenu doyen en 2017

En 2011, il a reçu le prix Ho-Am de médecine.

Dans son CV Choi explique:

Le prix Ho-Am, souvent qualifié d’équivalent du prix Nobel coréen.

Il est décerné aux “Coréens de souche qui ont apporté une contribution exceptionnelle au développement de la science et de la culture. Et à l’amélioration du bien-être de l’humanité.”

La raison pour laquelle Choi se sent comme un lauréat du prix Nobel. C’est car sa découverte gazeuse de la thérapie au CO le relie en quelque sorte à Louis Ignarro, le lauréat du prix Nobel pour la découverte de la fonction physiologique du gaz à l’oxyde nitrique (NO). 

La comparaison avec le Nobeliste Ignarro est plus juste qu’il ne le soupçonne!

Ce professeur Choi est un génie et un vrai visionnaire de la science.

Maintenant en allumant une cigarette.

Vous en êtes sans aucun doute convaincu. 

Mais, permettez-moi, avec l’aimable aide de Clare Francis, de vous présenter la recherche préclinique derrière ces découvertes du CO.

Il y a actuellement plus de 30 articles de Choi discutés sur PubPeer

Commençons par un vintage classique, qu’Augustine Choi a publié avec sa femme, Mary E Choi, professeur de néphrologie et sa proche collaboratrice chez Weill Cornell. 

Le travail s’est effectué il y a plus de 20 ans à l’Université Johns Hopkins de Baltimore.

[Note Neilly:

Actuellement, nous entendons un peu plus ces noms ‘Johns Hopkins’. Pour cause la Fondation Rockefeller de 2010 et le Johns Hopkins Event 201 ont prédit et répété une pandémie.

Les deux organisations ont une longue histoire de collaboration depuis 1916, depuis que la John Hopkins School of Hygiene and Public Health a été fondée par un financement de la Fondation Rockefeller, elles sont devenues inséparables.

Une simulation de pandémie de l’événement 201, le 18 octobre 2019 à New York, a été hébergée par le Johns Hopkins Center for Health Sécurité en partenariat avec le Forum économique mondial et la Fondation Bill et Melinda Gates.

(—https://www.centerforhealthsecurity.org/event201/—)]

Les deux dernières bandes sont très certainement clonées et les petites flèches soulignent des similitudes d’identification. 

L’image du gel manque également de fond, susceptible de cacher toute trace de manipulation numérique. 

Le premier auteur Beek Yoke Chin est maintenant un scientifique vedette de retour dans son pays d’origine, la Malaisie, célébré comme “Professeur avec une passion de faire une différence”.

Voici un autre article du même Dr Chin, toujours avec son mentor M. et Mme Choi. Ce papier propose toute une sélection de menus de Western blots contrefaits.

Beek Yoke Chin, Amir Mohsenin, Su Xia Li, Augustine M. K. Choi, Mary E. Choi Stimulation of pro-alpha(1)(I) collagen by TGF-beta(1) in mesangial cells: role of the p38 MAPK pathway American journal of physiology. Renal physiology (2001) doi: 10.1152/ajprenal.2001.280.3.f495

Ces bandes de gel ont été copiées très paresseusement.

Puis il y a 20 ans, personne ne prêtait beaucoup d’attention à l’intégrité des données. 

Et pourquoi devrait-ont?

C’était lâge d’or de Photoshop

Les Western blots sont souvent ridiculisés et critiqués comme une mauvaise méthode et être une mine de fraude. 

Ce qui à mon sens est bizarre, dans la mesure où tant de preuves de fraude découvertes sont basées sur des western blots.

Et qu’en conséquence de ces résultats, ils sont très difficiles à simuler numériquement.

Contrairement à toutes les autres méthodes de biologie moléculaire.

Médecin posant une question sur Twitter: Quelle est la pire méthode d’un laboratoire? Et pourquoi est-ce du Western Blot?

Mais je ne vous ai toujours pas montré de recherche sur le CO, alors maintenant on y arrive. 

Ci-dessous, le laboratoire Choi a réutilisé des bandes de Western Blot non seulement à l’intérieur d’un article, mais entre des documents.

Cela n’a pas l’air agréable du tout lorsque des panneaux de Western Blot entiers sont réutilisés dans un autre document.

Et d’autant plus, pour représenter une expérience différente, avec des traitements différents.

Ruiping Song, Raja S.Mahidhara, Fang Liu, Wen Ning, Leo E. OtterbeinAugustine MK Choi Le monoxyde de carbone inhibe la prolifération des cellules musculaires lisses des voies aériennes humaines via la voie de la protéine kinase activée par un mitogène American Journal of Respiratory Cell and Molecular Biology (2002) doi : 10.1165 / rcmb.4851

Ruiping Song, Wen Ning, Fang Liu, Bill T.Ameredes, William J. Calhoun, Leo E. OtterbeinAugustine MK Choi Régulation de la production de GM-CSF induite par l’IL-1beta dans les cellules musculaires lisses des voies respiratoires humaines par le monoxyde de carbone AJP Lung Cellular and Molecular Physiology (2003) doi: 10.1152 / ajplung.00212.2002

Puis il y a aussi des bandes de gel, clonées à l’intérieur et entre les gels. 

Mais bonnes nouvelles, Choi est rédacteur en chef adjoint de l’American Journal of Respiratory Cell and Molecular Biology (publié par l’American Thoracic Society).

Où il a occupé plusieurs postes de direction.

Ce sera donc lui et à ses amis de décider d’une correction qui ne sera pas nécessaire. Dans tous les cas.

Le co-auteur important et le stagiaire de Choi derrière cette aventure de fabrications par gel, on trouve Leo Otterbein. Maintenant il est professeur à Harvard au Beth Israel Deaconess Medical Center (où se trouvait Pier Paolo Pandolfi). 

Ce diplômé du doctorat de Choi est crédité comme co-découvreur de la thérapie au CO.

STAT a écrit en 2017:

Savoir exactement qui a eu cette idée reste un point litigieux entre les deux scientifiques aujourd’hui.”

Otterbein est également un homme d’affaires.

Il agit en tant que principal conseiller scientifique pour la société de marketing de CO-thérapie Hillhurst

Il est cité dans l’article de l’ACS susmentionné:

Il existe suffisamment de données précliniques”

“Le temps est venu – il n’est plus temps – d’introduire cela chez les humains et au moins de voir si cela fonctionne.

A déclaré Leo E. Otterbein, qui étudie les effets physiologiques du CO à la Harvard Medical School.

Il y a effectivement assez de données, mais quel type de données, professeur Otterbein? Le genre de données fabriquées? 

Pas vraiment en accord avec votre serment d’Hippocrate de faire inhaler aux patients un gaz mortel basé sur de telles “données précliniques.”

Comme ceci:

Tamás Dolinay, Mária Szilasi, Mingyao Liu, Augustine MK Choi Le monoxyde de carbone inhalé confère des effets anti-inflammatoires contre les lésions pulmonaires induites par le ventilateur American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine (2004) doi: 10.1164 / rccm.200401-023oc

Cela ressemble à nouveau à une bande de gel clonés, ce qui pourrait certainement sauver la vie à de nombreux patients atteints du COVID-19 sous respirateurs. 

Le premier auteur et pneumologue Tamas Dolinay est maintenant employé par l’UCLA à Santa Monica. 

Avant de poursuivre les recherches sur le monoxyde de carbone du professeur Choi, voici une citation hilarante d’Otterbein, publiée par le magazine ACS sans ironie. 

Il fait référence à son conseiller en thèse Choi:

Je n’oublierai jamais ce type”, se souvient Otterbein. 

Après avoir donné son premier discours lors d’une conférence, un homme de l’Agence américaine de la Protection et de l’Environnement s’est levé dans l’auditoire et a dénoncé son travail.

Il était furieux que ses résultats reflètent une réponse non spécifique et que son travail ne serait jamais cliniquement pertinent car il proposait d’exposer les gens à des niveaux dangereux de CO.

De retour à Johns Hopkins, les collègues étaient également peu favorables.

“Mon comité de thèse a dit de choisir un sujet différent”, dit Otterbein. “Ils ont dit: ‘C’est stupide; ne perds pas ton temps’.”

Ma théorie personnelle est que ce déni anti-science exact est ce qui nous empêche d’avoir un traitement contre le COVID-19. 

Si seulement le monde acceptait enfin la sagesse du professeur Choi sur l’étonnant effet curatif du monoxyde de carbone, en particulier sur les poumons. 

N’est-il pas logique que le CO soit le remède ultime contre l’infection au coronavirus, d’autant qu’il a si bien fonctionné dans Photoshop?

Mais à cause de toute cette animosité médiévale envers ce qui n’est que l’un des gaz les plus toxiques, nous ne pouvons pas avoir de bonnes mesures.

Bien sûr, le professeur Choi a lui-même créé sa propre entreprise pour vendre du CO comme gaz d’inhalation thérapeutique. 

La société Proterris que Choi a fondée, avec le cardiologue David Pinsky de l’Université du Michigan, fut également célébrée par un article de l’ACS. 

Proterris a déjà développé un appareil respiratoire capable de diffuser du CO mélangé dans les poumons des patients. Allez-y, essayez-le.

La conception et les tests cliniques du dispositif iCO Proterris ont été lancés dans le cadre d’une subvention ARDS NIH
Anthony Fauci, directeur du NIH National Institute of Allergy and Infectious Diseases

[Note Neilly:

Transcription du discours de Donald Trump 6 août :  À l’usine de fabrication de Whirlpool à Clyde, Ohio.

“Dans le cadre de l’opération Warp speed, deux vaccins sont déjà au stade final des essais cliniques et nous aurons un vaccin très bientôt, je l’espère bien avant la fin de l’année.

“Nous avons considérablement augmenté notre production nationale d’équipements de protection individuelle, tels que N95, respirateurs, blouses et gants.

“Nous avons maintenant des usines partout aux États-Unis qui fabriquent ces produits.”

“Nous produisons maintenant des milliers et des milliers de respirateurs par semaine.”

Image et extrait du discours récupéré de Aangirfan, transcription intégrale du Président: le 6 août: Usine de fabrication de Whirlpool

“General Motors a maintenant construit et livré plus de 20 000 respirateurs.”

“Les respirateurs ne sont qu’une partie de notre montée en puissance historique de la fabrication.”

“Nous avons aidé à expédier un million de mètres de tissu de la Caroline du Nord à New York pour les masques et les blouses.”

“Nous en fabriquons partout. Une grande entreprise, Honeywell, a ouvert des usines de respirateurs N95 dans le Rhode Island et en Arizona en un temps record. 

“Et ils produisent maintenant des dizaines de millions de masques pour notre stock national stratégique.”]

—https://nihrecord.nih.gov/2017/06/30/nih-hosts-4th-workshop-gates-foundation—-
Article du 28 mai 2020 de The Cornell Daily Sun:
“Depuis l’obtention de son diplôme, Fauci est retourné à Weill Cornell Medicine à plusieurs reprises pour offrir son expertise médicale et scientifique aux étudiants, aux professeurs et à ses collègues, selon le doyen Augustine MK Choi.”
le Dr Anthony Fauci a obtenu son diplôme à Weill Cornell Medicine en 1966.

Prêt pour d’autres recherches sur le monoxyde de carbone? 

Selon le sage professeur Choi, le CO inhalé exerce ses “propriétés anti-apoptotiques, anti-inflammatoires et anti-prolifératives ” dans les cellules pulmonaires et vasculaires en activant l’enzyme hème oxygénase-1. 

Et voici la recherche derrière cela:

Xue Wang, Yushen Zhou, Hong Pyo Kim, Ruiping Song, Reza Zarnegar, Stefan W Ryter, Augustine MK Choi Le facteur de croissance hépatocytaire protège contre l’hypoxie / l’apoptose induite par la réoxygénation dans les cellules endothéliales Journal of Biological Chemistry (2004) doi: 10.1074 / jbc. M309271200

Hong Pyo Kim, Xue Wang, Zhi-Hua Chen, Seon-Jin Lee, Min-Hsin Huang, Yong Wang, Stefan W Ryter, Augustine MK Choi Les protéines autophagiques régulent l’apoptose induite par la fumée de cigarette: rôle protecteur de l’hème oxygénase-1 Autophagie ( 2008) doi: 10.4161 / auto.6767

Confus, n’est-ce pas? Que font ces bandes de gel qui sautent à l’intérieur et entre deux, plus besoin d’attendre, trois, non, quatre documents différents? 

Ils vous prouvent que le monoxyde de carbone est sain, c’est ce qu’ils font. 

Vous remarquerez peut-être que je n’ai énuméré que deux de ces 4 articles ci-dessus, c’est parce que les deux autres articles font également partie d’un bloc plus important avec deux autres articles dans le prochain épisode de l’orgie du monoxyde de carbone du professeur Choi.

Xue Wang, Yong Wang, Seon-Jin Lee, Hong Pyo Kim, Augustine MK Choi , Stefan W Ryter Le monoxyde de carbone inhibe Fas activant l’apoptose induite par les anticorps dans les cellules endothéliales Medical Gas Research (2011) doi: 10.1186 / 2045-9912-1- 8

Ce journal a été vendu par BioMedCentral en 2015.

Peut-être parce que Medical Gas Research avait l’habitude de publier des ordures aussi insensées que l’éditorial d’Otterbein de 2013 “Quoth the Raven: carbon monoxide and nothing more” (Le Corbeau dit: monoxyde de carbone et rien de plus” ?).

Un écrit qui traitait de la mauvaise santé et de la mort du poète Edgar Allen Poe et où Otterbein a conclu avec un besoin urgent “de déplacer le monoxyde de carbone inhalé pour une application clinique thérapeutique. 

Mise à jour du 25.08.2020 :

Cet article sera retiré. Comme l’a écrit le bureau de rédaction de Medical Gas Research à Clare Francis (mettez le leur en évidence):

Cher Dr Clare Francis,
Après discussion et sur la base des preuves que vous avez fournies, le Bureau de rédaction de Medical Gas Research a décidé de retirer le manuscrit . 
Selon l’organigramme du COPE pour des soupçons de plagiat dans un manuscrit publié.

Nous avons contacté l’auteur correspondant par écrit, les réponses de l’auteur devraient être renvoyées avant la fin du mois d’août.
La rétractation sera annoncée une fois que nous aurons reçu l’explication de l’auteur.

(L’auteur ajoute qu’il y a d’autres preuves frauduleuses du laboratoire de Choi, cf: sur son site https://forbetterscience.com/…)

Le co-auteur important de tous ces 6 articles entièrement fabriqués est Stefan Ryter. Il est professeur adjoint et directeur de programme au Brigham & Womens Hospital à Harvard. 

En l’occurrence, Ryter a participé à un essai clinique de phase 2 chez Brigham & Womens, pour le compte de Choi. 

Il n’a produit aucun effet significatif pour le CO par rapport au placebo, mais certains événements indésirables chez les patients atteints de fibrose pulmonaire idiopathique (Casanova et al Scientific Reports 2019 ). C’est-à-dire un échec total.

Les auteurs préconisent néanmoins de poursuivre les recherches cliniques sur le monoxyde de carbone. 

Même si les résultats de leur autre essai clinique avec CO à Brigham & Womens, sur 48 (réduit à 12) patients avec syndrome de détresse respiratoire aiguë, demeurent encore non publiés.

Maintenant, nous restons dans notre pause cigarette pour admirer deux travaux collaboratifs de Choi avec une chercheuse en fibrose de l’Université de médecine de Caroline du Sud, Carol Ferghali-Bostwick .

Chao-Jun Li, Wen Ning, Michael A. Matthay, Carol A. Feghali-Bostwick, Augustine MK La voie MAPK de Choi médie la production de chimiokine induite par la fumée de cigarette dépendante de l’EGR-1-HSP70 AJP Lung Cellular and Molecular Physiology (2007) doi: 10.1152 / ajplung.00194.2006

À côté des bandes de Western blot réutilisées pour fabriquer des contrôles de chargement dans la figure 7.

Vous pouvez apprécier l’analyse détaillée de la figure 4A, où une bande était évidemment copiée numériquement sur un arrière-plan vide.

La figure 5 de l’autre coproduction Choi-Ferghali mérite également d’être appréciée:

Le quasi-Nobeliste Choi n’a jusqu’à présent eu qu’une seule rétractation, pour les “écarts de données” de l’article de son laboratoire Siempos et al Lancet Respiratory Medicine 2014

Ce n’était pas une véritable rétractation.

Car une version “corrigée” a été republiée rapidement, pour remplacer l’ancienne. 

Mais le prochain article collaboratif pourrait être retiré. Et cela malgré le statut élevé de Choi dans les universités et la médecine américaines. 

Publication faite en collaboration avec un certain Ross Summer.

Un collègue de pneumologie de Choi de l’Université Thomas Jefferson.

Freddy Romero, Xu Hong, Dilip Shah, Caleb B. Kallen, Ivan Rosas, Zhi Guo, DeLeila Schriner, Julie Barta, Hoora Shaghaghi, Jan B. Hoek, Clementina Mesaros, Augustine M. Choi , Nathaniel W. Snyder, Ross Summer La synthèse lipide est nécessaire pour résoudre le stress du réticulum endoplasmique et limiter les réponses fibrotiques dans les poumon A Merican Journal of Respiratory Cell and Molecular Biology (2018) doi: 10.1165 / rcmb.2017-0340oc

Summers a notamment son propre très honteux dossier PubPeer, des données ridiculement falsifiées dans (actuellement 6) des articles de son laboratoire. Avec une production Photoshop particulièrement effrayante (Shah et al Scientific Reports 2015) et Summer a annoncé sur PubPeer de partager uniquement avec la revue ce qu’il suppose être des données brutes.

Maintenant, on peut supposer que la découverte révolutionnaire de Choi sur la panacée du monoxyde de carbone est basée sur rien d’autre que la fabrication de données Photoshop dans son laboratoire. 

Qui a fait cela, dans des articles remontant à plus de 20 ans? C’est à vous de deviner.

La seule chose certaine est que ni la faculté de médecine ni l’Université ne donnent un coup de fouet. D’autant plus que Choi continue de tirer de lourde subventions par millions, y compris pour Weill Cornell (qui a récemment reçu un don de 2 millions de dollars des banquiers d’investissement Citadel dans l’étude de l’hydroxychloroquine pour traiter le COVID- 19).

C’est ce que le bureau du président de Cornell a écrit à Clare Francis lorsque celle-ci a tenté de signaler à l’université les inquiétudes concernant les papiers de Choi:

“Veuillez supprimer le Cabinet du Président de ces courriels.

Car notre bureau n’est pas impliqué dans l’affaire.”

Ce qui signifie: dans le meilleur des cas, que Cornell s’attend à ce que le chef de la faculté de médecine Choi enquête sur lui-même. 

Maintenant, vous comprendrez probablement aussi pourquoi personne n’enquêtera jamais sur les articles des anciens chercheurs de Weill Cornell, Andrea Cerutti et Paolo Casale.

Ce que je pense personnellement est moins drôle dans cette affaire Choi.

C’est la possibilité que des patients humains réels soient intubés avec l’un des gaz les plus toxiques: le monoxyde de carbone.

Et sur la base de recherches falsifiées. 

En plus d’un essai de phase 2 mentionné ci-dessus, d’autres essais de CO ont déjà eu lieu, comme la société Proterris de Choi l’annonce fièrement sur son site Web:

Proterris a levé d’énormes fonds, dont 21 millions de dollars accordés à Choi par les NIH juste pour des essais cliniques, et a étendu ses opérations. 

Vraiment, pourquoi ne pas utiliser le CO pour COVID-19? 

Juste les résultats de Photoshop.

L’article de STAT de 2017 cite Choi se remémorant ses découvertes de CO:

Les trois à cinq premières années ont été l’enfer. 

Je pensais que ma carrière était peut-être terminée. 

Mais j’y ai cru. 

Dans la recherche, vous devez croire à vos données.

Source: O du lieber Augustine MK Choi

L’auteur vous propose un peu de musique par le groupe Radiohead (en lien avec le CO)

Paroles et traduction de la chanson “No Surprises” par Radiohead

Neilly Free mind

Petits plus:

“Fauci, une figure de proue du groupe de travail sur le coronavirus de la Maison Blanche, a reconnu que si la tenue d’une cérémonie virtuelle de lancement était sûrement décevante, l’adaptabilité et la résilience dont les diplômés de JHU ont fait preuve au cours des derniers mois sont les mêmes qualités nécessaires pour faire face à une santé publique mondiale en cours de crise.” Source: https://hub.jhu.edu…fauci/

Anthony Fauci, Docteur en médecine (1966) félicité par les anciens Présidents Bush et Clinton

Vous pourriez également lire...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *