Contrôles: Subversions Contrôles Diktat

Les “libéraux” et les “conservateurs” même objectif

Nous savons déjà au sujet de la corruption qui a été découverte par Malcolm X sur Nation of Islam (La NOI de la communauté afro-américaine et son côté occulte).

Malcom X a fait un discours en 1963, en voici un extrait traduit:

Dans ce jeu malhonnêtes des pouvoirs politiques, ici en Amérique, le nègre, à savoir le problème de la race, l’intégration et les questions de droits civiques ne sont que des outils, utilisés par les blancs qui se disent libéraux contre un autre groupe de blancs qui se disent conservateurs, soit pour entrer au pouvoir ou conserver le pouvoir.

Chez les Blancs ici en Amérique, les équipes politiques ne sont plus divisées en démocrates et républicains. Les Blancs qui luttent maintenant pour le contrôle du trône politique américain sont divisés en camps libéraux et conservateurs. Les libéraux blancs des deux partis traversent les lignes du parti pour travailler ensemble vers le même objectif, et les conservateurs blancs des deux partis font de même.

Le libéral blanc ne diffère du conservateur blanc que d’un point; le libéral est plus trompeur, plus hypocrite que le conservateur. Les deux veulent le pouvoir, mais le libéral blanc est celui qui a perfectionné l’art de se faire passer pour l’ami et le bienfaiteur du nègre, et en gagnant l’amitié et le soutien du nègre, le libéral blanc est capable d’utiliser le nègre comme un pion ou une arme.

Dans ce match de football politique, qui fait constamment rage entre les libéraux blancs et les conservateurs blancs. Le nègre américain n’est rien d’autre qu’un ballon de football politique, et les libéraux blancs contrôlent ce football par des ruses et des tokénismes, et de fausses promesses d’intégration et de droits civils. Dans ce jeu d’utilisation et de tromperie du nègre américain, les libéraux blancs ont l’entière coopération des dirigeants nègres des droits civiques.

Malcolm X

“In this crooked game of power politics here in America, the Negro, namely the race problem, integration and civil rights issues are all nothing but tools, used by the whites who call themselves liberals against another group of whites who call themselves conservatives, either to get into power or to retain power. Among whites here in America, the political teams are no longer divided into Democrats and Republicans.

The whites who are now struggling for control of the American political throne are divided into liberal and conservative camps. The white liberals from both parties cross party lines to work together toward the same goal, and white conservatives from both parties do likewise. The white liberal differs from the white conservative only in one way; the liberal is more deceitful, more hypocritical, than the conservative.

Both want power, but the white liberal is the one who has perfected the art of posing as the Negro’s friend and benefactor and by winning the friendship and support of the Negro, the white liberal is able to use the Negro as a pawn or a weapon in this political football game, that is constantly raging between the white liberals and the white conservatives. The American Negro is nothing but a political football, and the white liberals control this football through tricks and tokenism, and false promises of integration and civil rights. In this game of using and deceiving the American Negro, the white liberals have the complete cooperation of the Negro civil rights leaders.”

Malcolm X

David Livingstone dans A Hegelian Dialectic: Liberals vs Conservatives a écrit:

“Le mouvement de la vérité est corrompu avec la forme de la pensée dialectique destinée à maintenir le mouvement non seulement divisé, mais incapable d’appréhender la vérité de la conspiration / machination.

La ruse a réussi à faire que la plupart des gens ont oublié l’une de leurs plus grande leçon de base de l’enfance, que: deux maux ne font pas un droit!

En résumé, les mots dialectiques hégéliennes se représentent comme ceci: Tout d’abord, une idée est dérivée de la Kabbalah, ce qui justifie son Luciférianisme en prétendant que le mal fait partie de la création, et que le bon sera absent du résultat. En réalité, le mal n’est pas une force cosmique, mais une résistance ou une contradiction de la vérité cosmique.

En fin de compte, la dialectique hégélienne, comme la Kabbalah, postule que l’histoire évolue, et qu’à la fin la vérité se terminera dans la résolution des contradictions. Premièrement, une idée commence comme une “thèse”. Elle est ensuite opposée par une “anti-thèse”, avant de se résoudre par une “synthèse”.

Dans leur cynisme diabolique, les lucifériens exercent leur influence dans le monde en favorisant les fausses oppositions, afin de forcer le peuple muet à reconnaître les contradictions apparentes inhérentes à chacun d’eux, et donc les amener à accepter leur fausse solution ou la synthèse.

Il existe de nombreuses formes actives de la dialectique. La plus fondamentale, est celle qui a façonné le principe même des sociétés démocratiques occidentales et maintenant le choc des civilisations, qui est le non-sens qu’il existe un conflit entre la religion et la science, afin de produire une “synthèse” comme étant la laïcité.

Mais l’utilisation de la plus puissante dialectique a été la dichotomie entre la gauche politique et la droite. Ou plus récemment, le débat entre les “libéraux” et les “conservateurs”, représentés par exemple aux États-Unis par les partis démocrates et républicains.

Toute personne qui tombe dans le soutien de l’une des factions devient une victime d’une tromperie ou de l’autre.

(David Livingstone et son site https://ordoabchao.ca/)

Malcolm X: “Je suis pour la vérité, peu importe qui la raconte.”

Neilly Free Mind

Articles +:

Vous pourriez également lire...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *