- Vaccins Big Pharma - Scam-demic - Arnaque-Plandémie Dictature scientisme / technocratie Dystopie Psyops / Santé

Le nouveau coronavirus est extrêmement sensible au pH?

Le bicarbonate s’avère être le traitement du covid le moins cher, le plus rapide et le plus sûr?

C’est du moins, ce que confirme une étude officielle brésilienne de l’Acre.

Ce qui émerveille les médecins, c’est ‘la vitesse à laquelle les patients infectés par le COVID se sont améliorés; et après, avoir pris 3 grammes de bicarbonate de sodium (largement disponible) dans 100 ml d’eau, administrée par un nébuliseur.’

Cependant, la mauvaise nouvelle est qu’il existe des forces malveillantes.

Et, ils détestent les bonnes nouvelles.

Ils feront tout pour censurer de bonnes astuces préventives contre la ‘maladie’, quitte à étiqueter des cas de grippe en Covid, ou bien encore en gonflant le nombre de décès en les rangeant sous Covid.

Knut Wittkowski, responsable de la ‘biostatistique, de l’épidémiologie et de la conception de la recherche au Center for Clinical and Translational Science de l’Université Rockefeller‘, donne son avis.

[L’Université Rockefeller a publié une déclaration se démarquant des affirmations de Knut Wittkowski]

“En grande partie, la grippe a été renommée COVID.”

Il a ajouté:

“Il peut y avoir, un certain nombre de cas de grippe inclus dans la catégorie” présumée COVID, “de personnes qui ont des symptômes de COVID (pour lesquels ils sont confondus avec les symptômes de la grippe); mais, qui ne sont pas testés pour l’ARN du SRAS”.

Ces patients, a-t-il soutenu, “peuvent également avoir de l’ARN du SRAS dans le nez tout en étant infectés par la grippe, dans ce cas la grippe serait” confirmée “comme COVID”.

[Knut Wittkowski interview par Just The News]

Le 20 février 2021, Reuters publie un communiqué précisant que ‘la Maison Blanche travaille avec Facebook et Twitter pour lutter contre les anti-vaxxers’ [anti-vaccins].

Pourtant, il n’est pas nécessaire d’être un anti-vaxxer pour voir et comprendre que les vaccins COVID ne sont pas nécessaires.

Paul Craig Roberts, un économiste, journaliste américain et enseignant à l’Institut d’Économie Politique, précise ce qui suit.

‘La pandémie de Covid est le résultat du blocage de traitements efficaces par les autorités de santé publique.’

Il rapporte que le doyen de la faculté de médecine d’Oxford, Sir John Bell a révélé que la ‘vaccination Covid provoque davantage de mutations du virus nécessitant de nouveaux vaccins dans une poursuite sans fin.

Craig Roberts a demandé à un virologue distingué si le professeur d’Oxford avait raison, et on lui a répondu:

“Oui, la vaccination Covid provoque et causera plus de mutations.” 

Il existe déjà un certain nombre de variantes.

Et, le gouvernement sud-africain a signalé que le vaccin qu’il a acheté n’est pas efficace contre la souche Covid.

Par ailleurs, Craig Roberts conseille de commencer par la prévention, comme avec de la vitamine D, la vitamine C et du zinc.

Qui font partis des stimulants immunitaires efficaces et peu coûteux qui préviennent l’infection et réduisent la gravité de l’infection.

[Jonathan Cook donne son rapport ici]

Et, comme le précise le Dr Sircus; ‘certaines personnes et organisations feront tout pour pousser les vaccins expérimentaux dangereux sur des méthodes plus sûres, moins chères et plus efficaces.’

Pourtant les grands géants de la technologie doivent savoir que le bicarbonate de soude n’a rien à voir avec ‘les théories du complot dangereux, la désinformation COVID-19 et une propagande étrangère malveillante.’

Et ce n’est pas une surprise pour quiconque qui sait comment et pourquoi fonctionnent les bicarbonates [bicarbonates de sodium, de potassium et de magnésium].

Les médecins et les responsables de la santé devraient mais ne savent pas, ou même ne veulent pas savoir, que les infections virales sont unanimement sensibles aux changements de pH.

La simple alcalinisation du sang réduit la sensibilité des cellules aux virus.

Cela signifie, qu’à titre préventif les bicarbonates peuvent être pris par voie orale.

Comme nous le découvrons (ci-dessous), ils peuvent être nébulisés.

De plus, ils peuvent être pompés dans les poumons des patients en soins intensifs, quand leurs poumons sont altérés.

La recherche a été menée par l’Université fédérale d’Acre [Ufac], en partenariat avec la Fondation Oswaldo Cruz, (Fiocruz), une organisation dédiée à la recherche virale et vaccinale.

L’étude a été approuvée par la ‘Commission Nationale d’Éthique et de Recherche’ (Cnep).

Le traitement, visant à améliorer la saturation en oxygène dans le sang a déjà été effectué, chez environ 300 personnes.

La chercheuse Dr. Carolina Pontes, dit que la solution à base de bicarbonate rend la sécrétion pulmonaire plus fluide.

Chez les patients présentant des symptômes légers, le traitement se fait par nébulisation.

Dans les cas plus graves, le bicarbonate est injecté directement dans le poumon, et il est aspiré.

L’infectivité du coronavirus est en fait extrêmement sensible au pH?

Le Dr João Rodrigues, 32 ans, a suivi le traitement.

Il avait 80% de ses poumons compromis et avait déjà passé cinq jours à l’hôpital.

“L’amélioration était extrêmement significative.

Un exploit pour lequel, même en tant que médecin j’ai été surpris, parce que je n’avais jamais vu une amélioration aussi rapide .”

En fait, l‘infectivité du coronavirus est extrêmement sensible au pH .

La souche MHV-A59 de coronavirus est assez stable à un pH 6,0 (acide).

Mais, elle devient rapidement et irréversiblement inactivée par un bref traitement à pH 8,0 (alcalin).

La souche 229E de coronavirus humain est au maximum infectieuse à un pH 6,0.

L’infection des cellules par le coronavirus A59 à un pH 6,0 (acide), plutôt qu’à pH 7,0 (neutre), produit une multiplication par dix de l’infectivité du virus.

En 1965, les chercheurs ont découvert une infection respiratoire troublante appelée 229E. 
Le premier coronavirus humain jamais découvert.
Aujourd’hui, nous le connaissons comme le rhume.

Cette information sur les bicarbonates ne verra pas le jour dans le courant dominant, ce qui est triste.

En outre, le bicarbonate est un fongicide essentiel; et, il est le seul médicament pour le Candida Auris, qui est résistant aux fongicides pharmaceutiques.

[Candida Auris, espèce de champignon. Souvent, la candidose est contractée dans les hôpitaux par des patients dont le système immunitaire est affaibli.]

Il s’agit d’une infection hautement mortelle, qui menace le monde encore plus que le COVID qui est bénin en comparaison à la Candida Auris.

[‘Le bicarbonate à la rescousse des infections fongiques et aux levures chez les patients COVID’Les champignons ne s’adaptent pas au bicarbonate de soude.]

Mais à peine un mot est dit sur ce sujet.

Depuis le début de la pandémie, les médecins du monde entier ont du mal à aider les patients avec des traitements intelligents.

Le système lui-même, la presse grand public, les agences gouvernementales et des personnes comme le Dr Fauci ont insisté pour promouvoir un récit au grand public.

Ils sont toujours contre la vérité; celle qu’il existe déjà des traitements sûrs et efficaces pour le COVID-19 et ses mutations.

Ils ne sont intéressés que par la vente de vaccins.

Et, ils ne se soucient guère de la santé publique ou de vaccins sûrs.

Ils ont terrorisé toute une génération d’enfants au point qu’un pourcentage considérable envisage de se suicider, et ils s’en tirent.

La peur et l’ignorance sont les mots d’ordre du jour; et cela n’est nulle part plus évident qu’en médecine et en santé publique.

Le public a été la proie d’intérêts pharmaceutiques qui ont exploité notre tendance à la peur et à l’ignorance.

Aucun mot ne peut décrire, comment le terrorisme pharmaceutique, l’ignorance médicale et le battage médiatique se mêlent à l’humanité; en nous éloignant le plus possible des traitements naturels et de médicaments utiles.

Une biologiste moléculaire tchèque, le Dr. Soňa Peková a expliqué en détail, pourquoi elle croyait que le nouveau coronavirus provient d’un laboratoire aux États-Unis et non en Chine.

Elle a aussi tenté de réfuter, l’affirmation publiée dans le journal Nature Medicine [L’origine proximale du SRAS-CoV-2] que le virus a évolué à partir d’une mutation naturelle .

Le Dr Soňa Peková répond à la question suivante.

Les Américains ont-ils apporté une arme biologique à Wuhan en octobre [2019] dernier, qui a muté?

Ou, des chinois ont-il fait l’objet d’une expérimentation vaccinale qui a mal tournée en Chine?

Des scientifiques du gouvernement des États-unis ont-ils dissimulés les effets d’expériences vaccinales biotechnologiques ratées en Chine?

Et, que faisait réellement Gates en Chine?

Des leçons a tiré de la pandémie de 1918?

Quoiqu’il en soit, de récents rapports et des archives historiques démontrent que la pandémie de 1918 ne provenait pas d’une grippe.

Car 95% ou plus des décès ont été causés par une pneumonie bactérienne.

Et, ce n’est pas dû à une grippe ou un virus.

Il est indiqué, que les premiers cas de pneumonie bactérienne remontent à une base militaire de Fort Riley, au Kansas.

Et, que du 21 janvier au 4 juin 1918, un vaccin expérimental contre la méningite bactérienne cultivé sur des chevaux par le Rockefeller Institute for Medical Research [à New York] est injecté à des soldats à Fort Riley.

Pendant, la Première Guerre mondiale, le ‘Rockefeller Institute’ a aussi envoyé le sérum ‘anti-méningococcique’ en Angleterre, en France, en Belgique, en Italie, et à d’autres pays.
Ainsi, ils ont contribué à propager l’épidémie dans le monde.

En 1918, les médecins ont utilisé avec succès des bicarbonates pour traiter la ‘grippe espagnole.


Autres lectures possibles

Vous pourriez également lire...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.