‘Omicron Hysteria, Boosters & Curious Timing …’,

par S. Awan

De toute évidence, bien qu’il ressemble à un titre de roman de science-fiction, le ‘variant Omicron est apparu sur le radar au bon moment.

Et, les médias dominant semblent ravis du nouveau rebondissement pour s’emporter encore.

Curieusement, au sujet du timing de ce variant Omicron, il a surgi au moment opportun; quand des gouvernements insistaient sur les injections de rappel ou pour la troisième piqûre.

Par exemple, précédemment discuté, Boris Johnson au Royaume-Uni a plaidé en faveur des rappels tout en admettant que l’actuel double vaccination n’offrait pas une protection efficace.

Des situations comparables se produisent dans plusieurs pays.

Israël a ouvert la voie aux doses de rappel tout comme elle a fait pour les premiers programmes de vaccination.

Et, depuis environ un mois et demi, les discussions de rappel ont pris de l’ampleur.

Mais, ces dernières semaines, des données controversées ont fait l’objet de débats.

Ils suggèrent que la propagation du virus se fait principalement chez les doublement vaccinés et non chez les non vaccinés.

Et, surtout, que la double vaccination n’a pas fourni de protection contre la COVID ou qu’elle est efficace pour prévenir la transmission du virus.

Vraisemblablement, d’une certaine manière une réévaluation ou une hésitation chez des doubles vaccinés commençait, ou allait, se manifester.

Des personnes se demandaient, si une troisième injection est nécessaire; d’autant que, eu égard à leurs prévisions de départ, les deux premières se sont avérées inefficaces.

Ce variant Omicron est probablement réelle … . Je dis juste que le timing est un peu curieux.

Il semble qu’il est arrivé au moment parfait, pour stimuler l’adoption des injections de rappel.

Dès que les médias ont abordé ce nouveau variant, ils ont pris une décision consciente, celle de la panique générale.

(Traduction automatique) – Sur Mirror, 13 décembre 2021.
Comme la BBC rapporte, un scientifique indique:

‘Les responsables de la santé ont réitéré leur appel à toutes les personnes admissibles pour se manifester pour une piqûre de rappel [booster] Covid […].

La variante Omicron se propage si rapidement, que tout le monde est susceptible d’entrer en contact avec une personne infectée, dans les prochaines semaines.’

Le rapport continue, comme suit.

Le professeur Eleanor Riley, professeur d’immunologie et de maladies infectieuses à l’Université d’Édimbourg, a déclaré à l’émission Today de BBC Radio 4 que, Omicron semblait être si contagieux et “vous devez travailler sur la base que toute personne avec qui vous entrez en contact l’a” […].’

Le Daily Mail, quant à lui, est, comme on pouvait s’y attendre encore plus excité.

Il précise à ses lecteurs:

‘La grande majorité des Britanniques n’ont AUCUNE PROTECTION contre Omicron: après 100 jours, deux doses d’AstraZeneca n’offrent pratiquement aucune défense tandis que deux injections de Pfizer n’offrent qu’une protection de 37 % contre la nouvelle variante; mais les boosters réduisent le risque de maladie de 75 %. [..]’

Et, ils citent l’avertissement de Health Security Agency, lequel est ‘que le public qui ne reçoit pas de rappels pourrait submerger les services de santé.’


Il semble, qu’Omicron s’utilise pour intimider les gens vers ces troisièmes doses.

Et, que cette panique fabriquée est basée sur des preuves douteuses.


Une grande partie des médias britanniques intensifient de manière prévisible l’hystérie.

Et, le Premier ministre, Boris Johnson, vient d’appeler tous les adultes à obtenir d’urgence leurs rappels.

En quelque sorte, Johnson et le site gouvernemental les ont présentés comme une question urgente de sécurité nationale, pour pousser chaque citoyen à faire son rappel rapidement.

Pour ‘protéger le NHS‘ et pour ‘protéger nos libertés‘.

Protégez nos libertés‘ semble toujours être un hashtag pervers pour un gouvernement qui emploie un Ministre de l’intérieur méchant de Disney; lequel, à présent essaie d’interdire les manifestations pacifiques et la liberté d’expression.

En guise de réponse, lors de cette ruée vers la troisième dose devant les centres de vaccination et les cliniques, les médias ont diffusé toute la journée des images de longues files d’attente.

Il est rapporté que le site Web du NHS [National Health Service] s’est planté à cause des personnes qui l’ont surchargées pour essayer de réserver leurs injections de rappel.

Une personne a déclaré à Sky News, que la file d’attente devant l’hôpital St Thomas durait six heures.

Dans tout le pays, des rapports faisaient état de personnes désespérées de se faire piquer faisant la queue pendant quatre ou cinq heures.

Que cette panique soit justifiée ou non autour d’Omicron des gens réagissent certainement.


Une source indique qu’en janvier, une ‘vague majeure‘ provoquée par Omicron est attendue.

Cette information est projetée, d’une manière pragmatique, donc c’est probablement ce qui va se passer.


Omicron a servi pour entraîner de nouveau des populations dans ces centres de vaccination.

Et, suivant les répercussions de cette chose à Noël et au Nouvel An, il pourrait s’utiliser pour promouvoir la vaccination obligatoire dans des pays.

L’Autriche est en train de la mettre en application, et l’Allemagne et d’autres pays débattent dessus.

On pourrait soutenir que la variante Delta est apparue, lors du lancement par les gouvernements des premiers programmes de vaccination.

Et, aussi, quand ils ont essayé de convaincre suffisamment de gens qu’ils étaient en situation dangereuse et urgente sans leur(s) vaccination(s).

Par conséquent, et de nouveau cela nous amène à cette question récurrente:
Combien d’autres variants sont à venir et d’autres boosters seront nécessaires?

Puis, garder à l’esprit, que les responsables de la santé en Afrique du Sud, d’où viendrait la variante Omicron, ont déclaré qu’il est trop médiatisé dans la presse internationale.

Le médecin sud-africain, alertant au sujet du nouveau variant, a déclaré que des dizaines de ces patients ont présenté des symptômes légers.

Il précise qu’ils se sont complètement rétablis (n’ont pas eu besoin d’hospitalisation).

Aussi, et surtout, la plupart de ces patients sont non-vaccinés.

Donc, en théorie, ils n’ont eu aucune protection; et, il s’avère qu’ils ont pu faire face à ce variant plutôt facilement.

Il en résulte que certains médias internationaux réagissent de manière excessive et exagèrent la menace.

La menace est que ce variant se propage rapidement et se révèle résistant aux vaccins existants; et, non pas, qu’il soit lui-même plus dangereux ou provoque des symptômes plus graves.

En fait, un argument est à considérer, si Omicron devient la souche dominante, cela pourrait être une bonne chose.

Un variant, moins grave avec un taux de décès négligeable et remplaçant les variants précédents (apparemment plus mortels) pourrait être une évolution dans le bon sens?


Se pourrait-il même qu’il soit la voie vers cette prétendue ‘immunité collective‘ sur le long terme?

Omicron pourrait-il même être une bénédiction déguisée?


L’apparence moins nocive du variant Omicron n’est pas liée à la vaccination des Sud-Africains, puisque 1 Sud-Africain sur 4 l’est.

Comme susmentionné, beaucoup de personnes infectées par Omicron ne sont pas vaccinées.

Et, ils ne présentaient que des symptômes bénins.

Ainsi, cette affirmation que les vaccins disponibles ne sont pas en mesure d’affronter Omicron, mais qu’une dose de rappel [booster shot] offre une protection à 75 % contre lui … semble discutable.

Néanmoins, ce nouveau variant n’existe manifestement que depuis quelques semaines, donc il semble trop tôt pour faire des proclamations définitives sur l’efficacité.

L’UKHSA [UK Health Security Agency] a déclaré que 10 personnes hospitalisées avec Omicron (à la date de lundi) sont toutes doublement vaccinées.

L’argument en faveur des boosters serait que l’efficacité des deux injections existantes, comme déjà établi, n’est que temporaire, tendant à diminuer au bout de quelques mois.

Et, que par conséquent, un booster renouvelle simplement la protection.

Cependant, les présents vaccins offrent une protection insuffisante contre les nouvelles souches, en particulier l’Omicron.

Donc, comment une troisième injection du même vaccin serait efficace pour les mois à venir.

De plus, une préoccupation est de savoir si la vaccination répétitive, notamment face à ce variant plus doux et moins dangereux que les premières souches, a un effet contre-productif.

Voire, elle pourrait saboter le développement de notre immunité naturelle.

Autrement dit, Omicron est la possible solution à la pandémie; mais, ces rappels et vaccins peuvent saper cette issue de secours du cycle des variants, des infections et des pandémies.


En UK

Par exemple au Royaume-Uni, l’autre alternative du gouvernement est qu’il menace à nouveau ‘d’annuler Noël‘, d’imposer un confinement festif en blâmant le variant Omicron et, en avançant, l’utilisation insuffisante des injections de rappel.

Évidement, c’est ce qui s’est passé l’année dernière. Et, la communication du gouvernement de Boris s’est faite très, très tard.

Ainsi, quand les ministres disent qu’aucun confinement est prévu pour Noël, cela ne veut rien dire.

Ces environ deux semaines, entre maintenant et Noël, sont plus que suffisantes pour un complet changement de discours.

Plan C?

Puis, nous apprenons la fuite d’un document de la UK Health Security Agency, nommé ‘Plan C’, et de son application au Royaume-Uni avant le 18 décembre.

Je ne peux m’empêcher de penser que ce plan pourrait être un confinement.

Le gouvernement a insisté sur l’absence de ‘plan C’, mais a confirmé seulement un plan B.

Or, le plan C est exposé comme le meilleur moyen pour combattre le variant Omicron.

Avec des pays européens confrontés à une résurgence de l’infection, il est tout à fait probable que les mesures de restriction de Noël ressurgissent dans des pays.

En outre, se sera précédé ou suivis d’appels pour que tout le monde obtienne ces rappels d’injection.

Si Noël est soumis au confinement, ce ne sera pas un souhait de Boris ou du gouvernement.

Comme en 2020, une proposition de dernière minute sera avancée au Premier ministre par SAGE, ou d’autres experts de la santé.

Présentement, avec cette agitation sur la dernière fête de Noël de Boris, alors que la population était isolée et confinée, le gouvernement *ne voudrait pas* être perçu, une fois de plus, comme celui ayant ‘annuler Noël‘.

Mais, étrangement, cette période ressemble à celle de l’année dernière.

En effet, le gouvernement insiste sur la normalité de la prochaine festivité pour tout le monde, tandis que les agences de santé mettent en garde contre les dangers croissants.

Et, le 18 décembre est cité comme un jour clé pour une prise de décision.

Hormis Noël, il semble toujours que ce nouveau variant soit apparu exactement au moment où il le fallait.

Cette raison à elle seule suffirait pour être méfiant.

Et, le fait, que les autorités sanitaires sud-africaines insistent sur la réaction excessive du Royaume-Uni en est une autre.

‘Omicron Hysteria, Boosters & Curious Timing …’,

le 13 décembre 2021

par S. Awan

Autres articles de S. Awan


Quelques infos depuis dans la presse …
  • Pas de nouvelles restrictions Covid avant Noël, confirme Boris Johnson’ mais ‘le Premier ministre avertit que la propagation rapide du variant Omicron pourrait signifier l’imposition de restrictions après le 25 décembre’ – Par The Guardian, le 22 décembre 2021.
  • France – ‘27 décembre, un conseil des ministres extraordinaire s’est réuni pour étudier la loi qui doit transformer le pass sanitaire en pass vaccinal‘, le 28 décembre 2021.

Autres lectures ...

7 commentaire

  1. Macron Castex Attal la ligne rouge est franchie !
    https://youtu.be/nwAIDqs3m78

  2. Vidéo qui est censurée, on se demande pourquoi ?? …;) https://crowdbunker.com/v/NAFKTsjs0A

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.